nos vadrouilles

nos vadrouilles

Les nouvelles au jour le jour

  • Dimanche 29 avril 

 

 Ça y est, je suis parti. Départ ce matin de Randens un peu après 8h30, le temps est beau. Je retrouve très vite mes marques avec le vélo, il est lourd, et c'est une habitude à reprendre.

 

IMG_20180429_083444.jpg

Départ de Randens

 

Bourgneuf, Coise, Planaise, Montmélian, les Marches, Myans, les villages défilent lentement, il y a très peu de circulation et c'est une bonne surprise. Température idéale, vent quasi nul.

À Myans commence la voie verte sud qui va me conduire à Chambéry. Beaucoup de cyclistes, des piétons, des parents et leurs enfants, faut être attentif.

 

Pause vers 11h30 dans le parc de Buisson Rond à l'entrée de Chambéry, puis je repars et je tombe sur un cyclo chargé comme moi. On échange, je lui dis que c'est mon premier jour, il me répond, moi c'est demain !. Il part pour un tour de la mer Baltique, six mois sur la route.

 

IMG_20180429_114437.jpg

Le parc de Buisson Rond

 

 

La traversée de Chambéry se passe vite et bien, c'est la grande braderie place St Léger et il y a du monde.

 

Coté nord de la ville je récupère la voie verte qui va me conduire au Bourget du Lac. Je ne la connais pas cette voie cyclable.

 

En quittant la ville je tombe une fois encore sur un cyclo bien chargé, environ mon âge. Il s'appelle François Xavier et habite Allevard. Il a passe le weekend sur son vélo et il rentre. Il est enseignant et à encore 4 ans à travailler. Il veut organiser des weekends vélo sacoches et prend mes coordonnées.

 

Arrivé au Bourget du Lac je m'arrête voir l'ami Bruno qui est chez lui, il m'offre un café. 

 

Et je repars vers le tunnel du chat. Un tube de sécurité a été creusé en 2017, et il y a une piste cyclable dédiée.

 

Quelques gouttes tombent pendant que je monte au tunnel, puis je rentre à l'intérieur. C'est vraiment agréable de pédaler sans voitures ! Il y a des piétons qui se promènent à l'intérieur.

 

IMG_20180429_145527.jpg

La piste cyclable dans le tunnel du Chat

 

 

Descente assez vite faite sur St Jean de Chevelu et puis Yenne. Et à l'entrée de Yenne une pluie orageuse soudaine me surprend. Je trouve enfin un arbre pour m'abriter, ouf.

 

Direction le camping, ça menace et je monte la tente avec quelques gouttes qui tombent. Douche bienfaisante, mais à peine chaude.

 

Une femme à vélo et bagages arrive et me parle en allemand. Je lui demande si elle parle anglais, c'est non, et français c'est non également. Dur de se comprendre !

 

Et là je déguste une biere au Café du Commerce de Yenne, quartier général bien connu de notre petite équipe  quand on vient faire du vélo dans le coin, et ouvert le dimanche.

 

Aujourd'hui l'étape a été de 73km pour 650m de dénivelé, mieux passé que prévu, vu ma forme loin d'être olympique.

 

 

  • Lundi 30 avril

 

Nuit pluvieuse ! Et beaucoup de vent. Au lit à 20h45, bien au chaud dans le duvet et 10mn après je dormais.

 

Je me suis réveillé vers 3h00, il pleuvait encore pas mal. Et ce matin surprise, grand beau ! 

 

Petit déjeuner je prends mon temps car la tente est trempée, à l'extérieur. Elle ne prend pas l'eau, je l'ai reimpermeabilise avant de partir.

 

Il 8h45, je finis de plier et je pars.

 

Direction la Via Rhona, piste cyclable qui longe le Rhône sur plusieurs centaines de kms de Genève à la Méditerranée. Le hic c'est que ce n'est pas en continu, il y a des portions de routes avec de la circulation, certe peu nombreuses finalement mais ça agace un peu :-).

 

IMG_20180430_150408.jpg

 La Via Rhona

 

Ceci mis à part, cette Via Rhona est magnifique. On longe le fleuve et les kms défilent dans un calme absolu, peu de monde aujourd'hui. De la Balme, où je rejoins la Via Rhona, la piste descend une quinzaine de km vers le sud, et le vent est de face. Puis quand la remontée vers le nord est amorcée je l'ai plutôt dans le dos, parfois de côté, vent de Ouest - Sud Ouest je dirai.

 

Je traverse de petits villages endormis, c'est calme et on dirait que plus personne n'habite là. 

 

Je traverse deux fois le Rhône, une fois à Port Grolée et une fois à Sault Brenaz, où plus rien n'est indiqué. Heureusement la technologie me sauve, et me revoilà en piste le long du Rhône en direction de Lagnieu.

 

IMG_20180430_144856.jpg

 

Au final sur 80 km j'ai bien fait 70% de pistes cyclables ! Le reste en petites routes sympa et desertes.

 

À Lagnieu une pluie torrentielle me surprend, et je m'abrite. Le ciel est noir. Je cherche un gîte car je ne la sens pas vraiment cette soirée. Et j'en trouve un à Proulieu, à 5 km de Lagnieu.

 

Une chambre très sympa dans un village calme sera mon gîte ce soir. Demain météo médiocre.

 

 

  • Mardi 1er mai

Nuit excellente. Avant ça la soirée à été très agréable, j'ai finalement pris un repas au gîte, et bien discuté avec Sylvie, la patronne. On a parlé voyages forcément. 

Elle bossait à EDF, et elle est partie à 55 ans pour ouvrir un gîte.

 

IMG_20180430_201539.jpg

Le gîte de Proulieu, Puravida.

 

Départ à 9h sous un ciel bas et gris et une petite pluie. Triste et frais, il fait 9 degrés.

 

Lagnieu est traversée, puis Ambérieu que je rejoins par des petites routes. C'est calme en ce 1er mai, faut dire que la météo est plutôt morose.

 

À Priay je m'arrête au chaud manger un plat dans un restau sympa, La Cuisine d'Augustine, après tout c'est le 1er mai ! Il fait humide dehors, et des gouttes continuent de tomber par intermittence. Je prends des bréchets de poulet, ce sont des clavicules de poulet cuisinées à la manière des grenouilles. C'est tout simplement excellent !

 

Je repars vers 13h00 et oh miracle le ciel s'illumine et le soleil essaye de percer les nuages. Je navigue sur des très petites routes dans la Dombes, et ça me mène lentement jusqu'à Bourg en Bresse. Lentement car je dois consulter souvent la carte pour ne pas me perdre. Mais c'est le bonheur car pas une seule voiture.

 

IMG_20180501_144951.jpg

Paysage de la Dombes, beaucoup de lacs

 

À Bourg je continue encore une dizaine de km direction nord est jusqu'à St Etienne du Bois, il y a un camping et je me pose là. Journée pluvieuse le matin, et froide, je n'ai pas beaucoup avancé. Et puis heureusement je me suis rattrapé l'après midi.

 

IMG_20180501_174916.jpg

 

Soleil pour le moment, et pas de pluie cette nuit normalement mais 4,5 degrés annoncés demain matin. Dur dur...

 

  • Mercredi 2 mai

 

Nuit excellente ! 

 

Finalement 7 degrés dehors et 11 dans la tente. Je m'habille avec la tenue grand froid, et je commence à ranger, puis démonter la tente. Elle est à peine humide à l'intérieur, sèche ailleurs.

 

Petit dej sur une table en bois juste à côté, le grand luxe.

 

Je décolle il est 9h00, temps gris, une brise de nord, pas bon ça.

 

À Marboz je fais quelques courses, et je repars direction Louhans, il est 12h30 quand j'y arrive. Le ciel laisse percer le soleil, mais j'ai quand même gardé le pantalon.

Ce fichu vent du nord fait plafonner ma moyenne à 16 km/h environ.

 

Il est midi, pause repas.

 

IMG_20180502_122407.jpg

La campagne de la Bresse

 

L'après midi s'écoule lentement au rythme des pédales qui tournent... lentement. Paysage plat, des cultures à perte de vue, je ne saurais dire lesquelles, je n'y connais pas grand chose, et en plus ça sort juste de terre.

 

IMG_20180502_155237.jpg

Les cultures en question

 

 

Si ce n'était ce vent de face, assez frais, et qui vous transis quand vous faites une pause, ce serait le club Med. Enfin presque.

 

Je termine ce soir au Camping des Pêcheurs, au bord du Doubs, à Lays sur Doubs, un petit coin de paradis, calme, vert, et surtout désert ! Bon, le patron aimerait plus de monde, mais moi ça me va.

 

Finalement l'étape fait 85 km et 550 m de dénivelé, essentiellement fait ce matin (le dénivelé).

 

IMG_20180502_181828.jpg

 Le Camping des Pêcheurs

 

 

 

 

  •  Jeudi 3 mai

 

Comme d'habitude nuit parfaite, je me réveille à 6h et me lève à 6h30. Le matin c'est dur de sortir de la tiedeur du duvet quand il fait 10 degrés dans la tente. Ça veut dire 8° dehors.

 

Je plie la tente, puis je m'installe sur une table en bois pour le petit déj. C'est café chaud, céréales et bananes, le petit déjeuner ne varie pas.

 

À 8h30 je suis prêt et je me lance à l'assaut de la plaine qui s'étend devant moi, plaine froide balayée par un vent glacial, et qui bien sûr m'empêche d'avancer.

 

Je n'ai pas de chance quand même, il a fait un temps estival en avril et là retour aux frimas. "La semaine des Saints de glace" m'a dit un ancien, croisé sur la Via Rhona. Quoi, ça marche toujours ces vieilleries ? que je lui réponds, et il me dit " vous verrez..." Et bien oui je vois.

 

Pas terrible la moyenne du matin ça doit avoisiner les 14km/h face au vent. L'après midi est mieux avec des voies vertes qui longent la Saone, bien abritées.

 

IMG_20180503_124654.jpg

 

J'ai un dilemme. Le parcours à été tracé sur des petites routes, les fameuses routes blanches de la carte Michelin, les habitués comprendront. Seulement voilà, c'est un sacré dédale ces routes ! Toutes les 5 mn faut vérifier la carte, savoir où on est, et repartir. Et elles sont sinueuses, et du coup j'y passe du temps. Trop de temps. Alors j'ai décidé de prendre un peu des routes jaunes, et là ça avance plus vite.

 

Ce soir je suis a Pontailler sur Saône, dans une cabine toute neuve du camping. Très original la forme et assez pratique. Pas de sanitaire ni d'eau mais ça n'est pas un problème.

 

IMG_20180503_153935.jpg

La cabine en question

 

Douche à peine tiède c'est vraiment limite ! Ça fait le second camping où je trouve le même système, un bouton poussoir, ça coule 30s, et faut rappuyer, et pas possible de régler la température.

 

  • Vendredi 4 mai

 

Oh miracle, le ciel est bleu ce matin ! Et la température est de 14 degrés, c'est mieux que 8° !

 

80 km au compteur, je suis à Langres, j'ai terminé la journée par une belle montée de quelques kms.

 

La journée s'est écoulée au rythme du canal de la Marne à la Saône, sur 65 km. J'ai longé un cours d'eau très calme, bordé d'arbres, au rythme des écluses qui se succédaient régulièrement. Envie de flâner dans ce décors apaisant, vestige d'un temps où le temps ne comptait pas. Une seule péniche sur ce canal que j'ai rattrapée à une écluse. Péniche de tourisme m'a expliqué le patron du bateau. Des gens passent un weekend à vivre à ce rythme.

 

IMG_20180504_095529.jpg

 

Pause de midi vers Busey, petit village mort et inhabite, enfin presque, où je quémande de l'eau dans une maison. Cette voie verte n'a pas de point d'eau, pas de tables pour pique niquer, évidemment pas de toilettes.

 

IMG_20180504_103338.jpg

 

Lors de la pause de midi, arrivent un couple de mon âge environ. Ils sont a velo et chargés comme moi. Arrêt, et nous discutons au moins une demie heure. Ils sont surpris du manque d'aménagement de cette voie verte. Bert et Birgit habitent entre Liège et Aix la Chapelle, tout au sud de la Hollande.

 

IMG_20180504_133535.jpg

 Birgit et Bert

 

Ils sont partis de Carcassonne et rentrent chez eux. Ils repartent et je plie mes affaires, direction Langres il reste 30 km. 

 

La journée fut (presque) parfaite, si ce n'est ce fichu vent du nord assez fort et très constant. Pas de voitures, pas de vélos, pas de piétons, personne sur cette piste.

 

Camping dans Langres ce soir, à 200m du centre, très calme, je suis à l'abri du vent.

 

Petite balade dans Langres, c'est une ville médiévale fortifiée. La vue est impressionnante sur les plaines. Quand je reviens, mauvaise surprise, deux de mes trois bidons d'eau qui sont sur le vélo ont disparu. Je vais vais à la réception pour le signaler, et aussitôt la patron du camping me dit qu'il se doute qui sait. Il se dirige vers deux campings cars anglais, et effectivement, mes bidons traînent à coté. Des gens du voyage anglais qui ont des enfants un peu mal éduqués me dit-il. Il parle à la maman qui conteste, et je calme le jeu en disant que ce n'est pas important, car j'ai mes bidons.

 

 

IMG_20180504_190635.jpg

Le centre de Langres

 

  • Samedi 5 mai

 

Grand beau ce matin. Départ du camping à 8h30,  courses à la supérette du coin, direction le canal. C'est beau, c'est calme et c'est reposant. Même si ce p..... de vent continue de souffler du nord.

 

IMG_20180505_113953.jpg

 

Je fais pas mal de pause aux écluses où traversent des bateaux et c'est l'occasion de discuter avec les gens sur les péniches. Je croise une femme assez élégante qui arrive en vélo de ville, et je lui demande si il y a un point d'eau, elle me répond que oui, un peu plus loin, de là où elle vient. On bavarde et elle me dit qu'elle vit avec son mari sur la péniche qui navigue derrière nous. Ceci depuis 4 ans. Ils sont Suisses, de Lausanne.

 

Une autre peniche bien chargée monte en Belgique, une autre va à Dijon. Incroyable.

 

IMG_20180505_130325.jpg

 

Plus loin c'est un employé des VNF, les Voies Navigables de France, qui s’arrête et on échange. Très intéressant, il me décrit comment ça fonctionne. Les écluses sont quasiment toutes automatisées, le capitaine a un boitier et commande l'écluse à distance.

 

Plus tot dans la matinée c'est un homme qui se promenait à pied qui m'a raconté l'histoire du canal, et du tunnel qui était juste à côté car parfois le canal passe sous terre.

 

Ce soir stop à Vouécourt, joli camping municipal au bord de la Marne, et rempli de hollandais ! Et encore une fois douche presque froide, je le signale à la personne de l'accueil, qui n'est autre que la femme du maire, elle le lui dira, m'a-t-elle certifié.

 

Elle lui a dit ! En soirée Mr le Maire est venu me voir, je lui ai redit la même chose, et nous sommes allés constater. Il a admis. Il m'a dit que pourtant l'eau sortait à 50 degres de la pompe à chaleur. Mais ensuite ça passe dans un mitigeur, et là y a plus d'eau froide que d'eau chaude. Bref, le bloc sanitaire est neuf et flamboyant, mais la douche est froide.

 

  • Dimanche 6 mai

 

Belle nuit, calme, et température douce ce matin. Je quitte le camping à 8h10, et je reprends la voie verte qui longe le canal. Et oh miracle, pas de vent, calme plat ! D'écluses en écluses les kms défilent dans ce décors bucolique. Ces écluses sont devenues les jalons, mes divertissement aussi, mais aujourd'hui dimanche il n'y a aucun trafic.

 

Je quitte le canal un peu avant St Dizier direction Bar le Duc par des petites départementales très sympas et un peu vallonnées. Un vttiste croisé sur la route m'accompagne quelques kms, puis m'offre de remplir la gourde chez lui.

 

IMG_20180506_143810.jpg

 

Je fais la pause de midi à Cousances les Forges, près de l'église, à l'ombre d'une haie de lauriers car il fait chaud !

 

IMG_20180506_120702.jpg

 

Paysages de cultures, vallonnés, grandes descentes et dures montées ! J'arrive à Bar le Duc vers 16h30 et 75 kms, direction le camping municipal. Accueil très sympa d'un ancien. Montage de la tente, puis direction la douche, les sanitaires sont flambants neufs, et rebelote, douche froide. Je commence à en avoir un peu marre. Les municipalités comptent attirer des touristes ainsi ? 

 

Sinon l'emplacement est parfait, très calme, dans le parc d'un chateau.

 

Vers 17h30 arrive une moto side-car, avec un gars qui doit avoir mon âge je pense, et il s'installe juste à cote de moi. La moto est énorme et fait un sacré boucan.

 

Il sort sa tente et la monte, une tente encore plus petite que la mienne. J'amorce la discussion, il m'explique qu'il vient d’Ardèche, il voyage seul et est à la retraite. Il s'avère être très sympathique ! Eh oui, malgré le fait que ce soit un motard ;-)

 

On discute un long moment, il visite les fortifications Vauban, c'est son truc. Et il est super heureux d'être à la retraite, je lui dis que j'en connais un autre !

 

Puis je vais faire un tour en ville, c'est plutôt mort, c'est dimanche soir. Je m’arrête à la Taverne de maître Kanter qui est ouverte et je mange ici. Ça fait du bien un petit restau de temps en temps.

 

De retour au camping on rediscute encore une bonne heure. Son prénom c'est Pierre, et il est très attachant. Il marche difficilement suite à une opération de la hanche ratée.

Du coup je me couche a 22h00.

 

  • Lundi 7 mai

 

Départ de Bar le Duc vers 8h30 après avoir pris mon petit déj sur une table en bois abritée sous un auvent en bois également, avec une température plutôt frisquette. Le luxe absolu :-)

 

IMG_20180507_072110.jpg

 

 

Objectif Verdun ce soir. C'est à côté, 60 km sur la route directe. Saviez-vous que cette route nationale entre Bar le Duc et Verdun s'appelle officiellement la Voie Sacrée ? Référence à la bataille de Verdun, cette route servait à acheminer les soldats, les munitions et les vivres vers le front, et dans l'autre sens à ramener les blessés et les morts. Ça fait quelque chose de penser à ça et d'imaginer qu'il y a cent ans c'était l'enfer ici.

 

J'évite cette route qui est une nationale avec son cortège de voitures, camions et autres campings cars.

 

La campagne est vallonnée, parfois boisée et agréable, parfois nue et cultivée à l'infinie, balayée par le vent.

 

IMG_20180507_114622.jpg

Paysage déprimant pour un montagnard !

 

 

Verdun. Ce nom sonne de manière lugubre pour beaucoup de gens. Qui n'a pas un grand père qui a fait Verdun ?

 

Demain sera une journée tranquille, je reste à Verdun. J'ai besoin d'un jour de repos, pour faire des courses, laver du linge, visiter, et ne rien faire. Et demain c'est le 8 mai, le commémorer à Verdun est particulier.

 

  • Mardi 8 mai

 

Petit dej ce matin avec des croissants. Je les ai commandés hier soir à la reception du camping, et ils sont excellents.

Grand beau ce matin encore, ciel immaculé, les oiseaux chantent.

 

Visite de Verdun, c'est calme. À l'entrée la citadelle se dresse sur la gauche avec des statues représentant des soldats.

 

Courses dans une épicerie ouverte, et arrêt en terrasse pour boire un Perrier.

 

À 11h30 c'est la cérémonie du 8 mai qui commence au monument aux morts, et qui se poursuit par un défilé jusqu'à la sous préfecture.

 

IMG_20180508_120424.jpg

Le monument aux morts

 

IMG_20180508_113829.jpg

 

Dans la cours de la sous préfecture, quelques morceaux de musique et de chants militaires sont interprétés. Il y a du monde.

 

Je visite ensuite la ville tranquillement sur mon vélo, quelques rues piétonnes, mais peu d'animation.

 

IMG_20180508_120700.jpg

Une des portes d'entrée de la vieille ville

 

Retour au camping vers 12h30, le patron me prête une burette d'huile pour mon vélo, il y a la pédale droite qui claque et c'est agaçant.

Repas de midi à coté de ma tente, je suis seul, et c'est calme.

 

Lessive et lecture, puis visite de Verdun à vélo, sous une chaleur caniculaire ! Je suis monté voir la Cathédrale Notre Dame qui domine la ville, il faisait un froid glacial à l'intérieur.

 

IMG_20180508_173031.jpg

La cathédrale de Verdun

 

Retour au camping vers 18h00.

 

  • Mercredi 9 mai

 

Départ à 7h45 ce matin, journée magnifique encore, ciel azur et vent absent, température 13 degrés.

 

Je dis au revoir au patron du camping, on a bien discuté. J'ai appris entre autre que pour un camping figure sur un site Internet il devait payer de 500 a 2000 euros par an. Résultats, les petits campings sans moyens ne s'inscrivent pas et on ne les trouve jamais. De plus ce système oblige à consulter plusieurs sites pour savoir s'il existe un camping a un endroit donné. Pas très pratique quand on compare à Wikicamps NZ ou Australie.

 

Très belle journée ! 96 kms et 640m de dénivelé. Je suis à Sedan.

 

Mais avant ça je traverse de nombreux villages, je vois des monuments érigés en souvenir de la Grande Guerre, et un village m'a particulièrement ému, c'est l'histoire de Cumières, village rayé de la carte dont ne subsiste qu'une chapelle construite à la place de l'église.

 

IMG_20180509_085204.jpg

 

IMG_20180509_084929.jpg

 

 

Des rencontres sur la route, j'en ai encore faites aujourd'hui, deux cyclos hollandais assez âgés (>70 ans ?), deux frères. Ils sont partis de Nantes et vont à Arnhem. Les vélos ? Des antiquités !

 

IMG_20180509_131526.jpg

 

Un peu plus loin, une rencontre incroyable avec un véhicule extraterrestre ! Encore un hollandais parti de Amsterdam, et qui descend vers la France. C'est un vélo couché, caréné, avec des coffres permettant de ranger tente, duvet, affaires diverses.

 

IMG_20180509_122314.jpg

Le drôle de cigar roulant

 

Le pilote de ce bolide s'appelle Willcorn, concaténation de William et de Cornélius me dit il. 

 

Arrivé à Sedan direction le camping, et oh mauvaise surprise il est fermé et squatté par les gens du voyage. Deuxième mauvaise surprise, il tombe des gouttes, et il tonne. Orages annoncés.

 

Je téléphone à l'Office du Tourisme et une dame m'indique un autre camping à ... 15 kms ! Du coup je lui demande un gîte et j'ai la chance d'avoir une chambre ravissante en ville, plus une cuisine, plus une très belle terrasse, le top, pour 40 euros. Pas d'hésitation !

 

 

 

 

 

IMG_20180509_170147.jpg

 

 

  • Jeudi 10 mai

 

Nuit parfaite, après avoir visité Sedan en soirée et mangé une pizza que j'ai trouvée excellente.

 

Départ vers 8h40, je me mets en orbite sur la piste qui longe la Meuse et passe par Charleville Mézières. Revêtement parfait, des bancs à Intervalles réguliers, c'est top. Et parfois j'ai le vent dans le dos, mais je ne rêve pas trop. 

 

IMG_20180510_104928.jpg

 

Beaucoup de joggeurs sur cette piste, et...des cyclos hollandais. 

 

Arrêt à une superette a Charleville Mézières, je cherche entre autre une bouteille de gaz pour mon rechaud mais rien de rien.

 

Et voila que je rattrape mes deux cyclos hollandais de hier. Ils étaient à Sedan à l'hôtel. Et ils vont à Haybes, comme moi. 

 

Le temps était plutôt menaçant et frais ce matin, mais le ciel se dégage lentement, et quand le soleil me chauffe le dos, j'apprécie. 

 

Ça n'a pas duré longtemps le vent, il s'est remis en face. En fait en fonction des méandres de la Meuse il change.

 

Je reviens aux deux cyclos. L'un a 73 ans et l'autre 75 ans et je vous garantis qu'ils roulent plutôt bien.  On a roulé une vingtaine de kms ensemble.

 

IMG_20180510_141924.jpg

Passage d'un tunnel le long du canal

 

Cette vallée de la Meuse a partir de Charleville Mézières est magnifique. Vallée encaissée, verte, et la route est calme. Peu de dénivelé, toutefois une rampe à 15% à signaler, certe courte mais quand même.

 

IMG_20180510_124420.jpg

 

Je suis ce soir à Haybes, dans un camping en bord de Meuse. Demain soir je serai en Belgique.

 

  •  Vendredi 11 mai

 

Je suis en Belgique, à Namur, précisément à Malonne au camping. Journée encore très belle, j'ai décollé ce matin vers 7h45, il faisait 6 degrés. Du brouillard traînait sur la Meuse et donnait un air étrange et fantasmagorique au paysage. J'ai du mettre les gants chauds car mes doigts étaient gelés.

 

IMG_20180511_075352.jpg

 

Les kms ont défilé et lors d'une pause ce sont mes deux cyclos hollandais qui sont arrivés, Allard et Gideon. Nous avons roulé ensemble jusqu'à l'heure du repas.

Nous traversons Dinant vers midi, c'est une très belle ville, fortifiée, qui s'étend le long de la Meuse. Ville animée de surcroît.

 

IMG_20180511_122626.jpg

Traversée de Dinant

 

La piste s'est beaucoup dégradée depuis que je suis en Belgique, il y a même des sections pavées ! 

 

IMG_20180511_140120.jpg

C'est Paris - Roubaix !

 

L'après midi direction le camping des Trieux, je quitte la Meuse, et en 15 km ce sont 250m de dénivelé que j'avale. Je traverse la campagne de Namur, très belle, des maisons cossues sont entourées de vastes domaines.

 

Camping très sympa, accueil chaleureux de la patronne qui s'appelle Christine.

 

C'est incroyable le nombre de cyclos à velo dans ce camping ! Au moins une quinzaine. Je sympathise avec Cédric, Thibaut et Marion, qui sont partis de Lille...et qui ont mal aux fesses ! On boit une bière ensemble, on évoque nos voyages respectifs et le matériel aussi. Un couple est installé près de moi, des Belges Wallons, on sympathise. Ils traînent une remorque avec leur chien à l'intérieur ! Un hideux bouledogue anglais, qui, lorsqu'il respire, ronfle comme une forge. Il pèse 25 kg me dit la femme, plus 25 kg pour la remorque. Ils sont dingues ! Le mari est très sympa, quand je lui demande ce qu'il fait comme boulot, il me dit chauffeur poids lourd. Décidément c'est la rando des réconciliation avec les motards et les routiers !

 

  • Samedi 12 mai

Ce matin Cedric vient me voir et me demande si je n'ai pas un Doliprane, il est malade, un gros mal de tête et un peu faible, les jambes en coton. Je lui donne deux comprimés. Je compatis car j'ai vécu une fois ça à vélo, et c'est carrément la galère.

 

113 kms aujourd'hui entre Namur et Oost Maarland en Hollande. Étape peu intéressante, très industrielle, avec la piste cyclable le long de la Meuse qui est dans un état déplorable. Je suis très déçu de la Belgique, de la Wallonie en fait. Je pensais le réseau cyclable au top, c'est loin d'être le cas. Des trous, des trous, et encore des trous. Et quand la piste n'existe plus on se retrouve sur des routes catastrophiques.

 

IMG_20180512_084430.jpg

La traversee de Namur tôt ce matin, très belle ville

 

 

Et puis la traversée de Liege. Un monument. Un fléchage aleatoire, sur des trottoirs. Hier un cyclo hollandais m'a prévenu, attention, Liège, danger.

 

Ça n'a pas raté, j'ai fait un magnifique saut par dessus le vélo et je suis tombé tête la première sur la route depuis le trottoir. Bilan, une dent cassée, une incisive. Le coude abîmé et l'avant bras droit éraflé. Et mal un peu partout.

 

Je m'en tire bien. J'ai remis le guidon droit, et je suis reparti, un peu dur au début, mais c'est bien revenu.

 

  • Dimanche 13 mai

 

C'est la pluie qui me réveille vers 6h ce matin, la météo ne s'est pas trompée.

 

À 7h30 je sors enfin de la tente, me prépare le petit déjeuner pendant une accalmie. 

 

À côté de moi deux tentes, un pour un jeune hollandais solitaire et pas causant, à vélo, et une autre pour une moins jeune hollandaise solitaire à pieds, et très sympathique. Je sympathise donc naturellement avec elle, elle marche autour de Maastricht pendant quelques jours avec son chien que je n'avais même pas remarqué. Son sac à dos pèse 15 kg me dit elle. Je ne l'envie pas !

 

Il pleut de nouveau, je vais rester aujourd'hui dans ce camping très bien équipé, avec de l'eau très chaude :-), et pour la modique somme de 8 euros la nuit. Quand je pense qu'en France, dans des campings municipaux, j'ai payé, au moins trois fois, plus de 12 euros la nuit pour des douches froides, je me dis qu'il y a un sérieux problème.

 

Vers 10h00 je rentre dans la tente pour bouquiner un peu, dehors il pleut. Je m'allonge et me réveille à...13 heures ! Belle sieste matinale bercée par la pluie.

 

Repas de midi sur la table en bois à côté, et balade à pied le long de la Meuse. Ciel gris, vent froid, pas agréable.

 

Je reviens et commence à étudier le parcours de demain en commençant par la météo, pas de pluie.

 

En principe piste cyclable jusqu'à Velden, 100 m de dénivelé :-). Et 90 kms selon Google Maps.

 

IMG_20180513_165245.jpg

Mon coin de verdure dans le camping

 

Je ne ressens presque plus rien de ma chute de hier, si ce n'est une douleur au coude droit qui me gène quand je dois appuyer sur le bras. Mais c'est supportable.

 

  • Lundi 14 mai

 

Dernier jour. Je quitte le camping vers 8h00 sous une petite bruine assez fraîche, c'est un ciel gris qui m'accompagne. 

Rouler à vélo en Hollande est une expérience inoubliable. Maastricht est traversée en toute sécurité, les vélos ont la priorité, quand on appuie sur un bouton au feu pour passer, ça bascule immédiatement pour les vélos, c'est le rêve !

Chaque rue, chaque route est doublée par une voie cyclable, elle a été pensée et intégrée dès le départ.

 

IMG_20180514_132756.jpg

 

Je longe la Meuse encore et toujours, via une voie verte, la LV3. Pas une voiture, rien. Je traverse des petits villages très beaux.

 

À midi repas en terrasse à Echt, le soleil brille enfin ! Village très calme, rues piétonnes, le paradis.

 

IMG_20180514_131633.jpg

 

À Venlo Anne Marie vient à ma rencontre, je suis heureux de la retrouver !

 

IMG_20180514_163510_004.jpg

 

Nous rentrons a Velden, terme du voyage. Aujourd'hui 100 kms tout juste qui se terminent sous un chaud soleil, et par une bonne biere bien fraîche.

 

IMG-20180514-WA0007.jpg

et comme d'habitude, ça se termine par une bonne bière !

 

Et voilà c'est fini. En tout ce sont 1166 kms qui ont été parcourus en 16 jours, avec deux jours sans rouler, ce qui fait en moyenne 83 km par jour pédalé. 

 

  • Mardi 15 mai

 

Dernière chose à réaliser, le démontage et l'emballage du vélo dans le carton que Will et Anne-Marie ont trouvé chez un marchand de vélo. Le carton est assez grand, ce qui permet de rentrer le vélo sans enlever la roue avant.

 

Les affaires sont emballées dans le sac fourre-tout, ainsi que le linge qui a été lavé par Anne Marie, et séché rapidement au soleil d'été.

 

IMG-20180515-WA0000.jpg

 

 

  •  Mercredi 16 mai

 

 Le transporteur doit passer ce matin, rendez vous a été pris il y a deux jours. Il passe finalement vers 13h30, je commençais à m'inquiéter. Vélo et sac sont embarqués. Je demande au transporteur le délai de livraison, il me répond qu'il n'en sait rien car en France il y a beaucoup de problèmes de transport.

  

 

  • Jeudi 17 mai 

 

Après deux deux jours très sympas passés chez Will et Anne-Marie, et avec toute la famille, c'est le jour du départ. Will et Anne-Marie m'emmènent à la gare de Venlo, mon train part à 7h33. Il est à l'heure. J'ai une sacoche de vélo avec moi bien remplie comme bagage.

 

Beaucoup de changements, avec parfois peu de temps pour changer. Venlo, Roermond, Maastricht, Liège (très belle gare), Paris Gare du Nord, Paris Gare de Lyon, Lyon. A Paris 55 mn pour changer de gare, et en descendant du Thalys, des policiers arrêtent des gens et les fouillent, je croise les doigts pour passer au travers et j'ai de la chance.  Cependant le RER D subit quelques retards, et j'attends quasiment 20 mn sur le quai, c'est direct entre les gares certe, mais je commence à stresser un peu, à juste titre car finalement quand je m'assois dans le TGV pour Lyon, c'est pile 5 mn avant le départ. A Lyon ça se gâte, le train pour Chambéry est annulé. Ce n'est pas un jour de grève pourtant. Je prends donc un train qui va vers Annecy, via Ambérieu et Aix les Bains. A Aix les Bains, la correspondance pour Chambéry est annulée aussi (bien qu'indiquée) je dois attendre 30 mn. A Chambéry je réussis à attraper le train pour la Maurienne qui part avec 15 mn de retard (heureusement). Enfin Aiguebelle où Gisèle me récupère à la gare. Ouf !

 

  • Mercredi 23 mai

 

Dernier acte, le vélo est bien arrivé cet après midi à Randens, en parfait état, ainsi que le sac avec les affaires. Tout est bien qui finit bien !

 

 



27/04/2018
52 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres