nos vadrouilles

nos vadrouilles

Griffith (partie 2)

Samedi 14 mars

Ce weekend Sam et Perrine partent en amoureux, et nous gardons Zale à la maison. Ce matin il a piscine à 9h30, et Perrine nous dépose, avec la poussette pour revenir.

 

C'est mamie qui participe à la séance de 30 mn dans l'eau avec d'autres bébés. Zale est super content.

 

Dans l'eau avec sa mamie

Dans l'eau avec sa mamie

Puis quand la séance est terminée, il se précipite dans le petit bain, et je le suis. Il s'amuse à me mouiller en me disant "coquin" ! Il saute des dizaines de fois depuis le bord, je lui tiens la main.

 

Et puis nous rentrons à pied à la maison, 4 km de marche. Il s'endort dans sa poussette.

 

Il est un peu perdu quand il se réveille dans sa poussette à la maison, un gros chagrin, mais ça ne dure pas longtemps dans les bras de papi ;-).

 

Il ne veut rien manger, et je lui prépare un biberon de lait, on s'allonge sur le lit, je lui lis deux histoires et direction son lit. Il ne dit rien et semble content. Il doit être un peu fatigué de sa journée de hier dans la voiture.

 

Dimanche 15 mars

Zale se réveille vers 7h45, après une nuit sans histoire. Ce matin c'est tranquille, rien de prévu.

 

Petite balade au parc juste à côté, et longue séance de balançoire avec Zale. Un père installe son fils sur l'autre balançoire et nous causons un peu. Il est originaire des Tonga et sa femme est des Philippines, et le petit est trop mignon !

 

Puis retour à la maison pour le repas de midi. Zale mange super bien. Gisèle prépare des légumes à la poêle, et je fais cuire des steaks au barbecue. 

 

Puis vient l'heure de la sieste de Zale, mais avant ça, rituel immuable, lecture de deux livres, tous les deux allongés sur notre lit. Moment très câlins.

 

En général il ne s'endort pas tout de suite, il discute longuement de choses et d'autres, que lui seul peut comprendre.

 

Lundi 16 mars

 

Un sujet qui commence à devenir envahissant, et surtout anxiogène, c'est, vous l'avez deviné, le fameux virus.

 

Des émeutes en Australie pour du papier toilette, passe encore. Mais voilà que l'Australie envisagerait d'interdire les vols en provenance d'Europe. Et si les avions ne viennent pas, forcément, ils ne repartirons pas. 

 

Et la question est : pourra-t-on rentrer en France. Emirates pour l'instant assure les vols, le nôtre est toujours prévu le 24 mars à 22h30 au départ de Melbourne.

 

Autre inquiétude, le directeur de l'aéroport de Genève a certifié qu'il n'était pas question de le fermer. Quand on commence à dire ça...(et oui on arrive à Genève).

 

Bon, en attendant la vie continue, et Zale est toujours aussi adorable. Quelques pitreries dont il est coutumier :

 

J'en profite aujourd'hui pour faire du travail dehors, tondeuse, puis karcher devant l'entrée. Le 4x4 de Sam rapporte de la terre rouge de la ferme, et il y en a de partout.

 

Puis pendant que j'y suis, un coup sur la voiture de Sam, pleine de terre.

 

Ensuite rangement de la salle de jeux de Zale. Il a une salle immense juste pour lui. Réparation de sa tente dont un montant est cassé. Puis terrasse extérieure que je nettoie et range également.

 

La belle et lumineuse salle de jeux de Zale

La belle et lumineuse salle de jeux de Zale

Là Zale dort depuis au moins deux heures, sieste. Et il va se réveiller en pleine forme ! 

 

Mardi 17 mars

 

Et bien ça y cette saleté de virus a eu raison de nous. Nous avançons notre retour, demain soir nous quittons l'Australie.

 

Nous craignons une fermeture complète des frontières, et surtout l'annulation des vols.

 

Une autre raison est que aujourd'hui l'Australie est peu touchée, mais l'hiver arrivant l'épidémie va empirer. Ce serait un comble de ne pas pouvoir rentrer parce que l'Australie est en plein dedans et que l'Europe commence à s'en sortir.

 

Inutile de dire que nous sommes tristes de quitter la famille. Nous ne savons pas quand nous les reverrons.

 

Mercredi 18 mars

Première étape Griffith Melbourne bien passée. Perrine et Zale nous ont emmenés à l'aéroport de Griffith qui est tout petit.

 

Zale était très intéressé par les avions qui décollaient, même passionné !

 

Notre avion aussi est petit, 19 places, un couloir central et une rangée de sièges de chaque côté. Il faut se courber beaucoup pour accéder aux sièges, le plafond est vraiment bas.

 

On est beaucoup secoué à l'arrivée. Dans l'avion pas de personnel, juste le pilote et le copilote. Nous sommes huit passagers.

 

Dernières photos de Zale avec son papi. C'est dur de le quitter ce petit tellement il est attachant.

 

Nous sommes à Melbourne. L'aéroport est vraiment très calme ! Nous discutons avec un jeune helvétique et sa compagne australienne, ils regagnent d'urgence la Suisse pour la même raison que nous.

 

Le premier ministre australien vient d'interdire aux australiens de sortir du territoire.

 

Nous attendons d'embarquer. Vol avec stop à Singapour, Dubaï et enfin arrivée à Lyon.

 

Prochaines news depuis la France, si on y arrive !

 

Samedi 21 mars

 

Nous sommes enfin rentrés !

 

Le voyage fut sans histoires. Nous avons atterri à Lyon jeudi soir vers 19h, après un voyage de plus de 40 heures depuis Giffith. Les avions étaient bien pleins, surtout entre Dubai et Lyon, remplis de français qui rentraient dare dare chez eux.

 

A Lyon, passage à la douane, on nous intime de garder nos distances, un mètre entre chaque personne. Mais impossible de le faire respecter à une grande majorité de gens qui contestent, râlent, ne sont pas contents. On est bien en France !

 

Un très long moment plus tard nous voilà dehors, nous allons à l'hôtel juste à coté du terminal, et là, grosse frayeur, la valise de Gisèle émet un bourdonnement inquiètant, assez fort. A l'accueil, la personne n'est pas rassurée. Nous ressortons rapidement et ouvrons avec précaution la valise sur le trottoir. C'est l'épilateur de Gisèle qui s'était mis en route ! Tout le monde est soulagé, mais il y a bien eu un moment de frayeur. 

 

Nuit réparatrice, directement au lit sans manger. Le matin petit déjeuner à emporter préparé par l'hotel (la salle de restaurant est fermée), on déjeune dans notre chambre.

 

Le TGV réservé la veille par Gisèle entre St Exupéry et Chambéry est annulé. Gisèle achète un billet TER Pardieu-Chambéry en remplacement. Nous prenons la navette vers Pardieu, et rebelote, TER annulé. Heureusement un car TER est là et nous emmène à Chambéry. Nous sommes huit dans le car, espacés.

 

Ville déserte, autoroute quasi vide, ça fait un choc. C'est quelque peu irréel cette situation.

 

A Chambéry, encore une surprise, la gare SNCF est fermée. Un car TER est prévu à 12h38, et nous croisons les doigts. Ca marche, le car est là, nous sommes une dizaine, toujours espacés. Nous conservons nos masques en position sur le visage, mais c'est très inconfortable à vrai dire. Mais bon, prudence.

 

Nous arrivons à Aiguebelle vers 14 heures, et nous remontons à pied en tirant nos valises. Nous n'avons pas voulu que quelqu'un viennent nous chercher car on a voyagé, et on ne sait jamais.

 

Nous voilà chez nous. Heueux d'être enfin arrivés, mais malheureux d'avoir laissé derriére nous notre petite famille. Maintenant nous nous imposons une quarantaine de deux semaines sans voir personne, par prudence et respect des autres.

 



14/03/2020
28 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 98 autres membres